[Interview] Josette Fays répond à Alerte-Méditerranée

Forum dédié aux messages n'entrant dans aucune des catégories ci-dessus.

[Interview] Josette Fays répond à Alerte-Méditerranée

Nouveau messagede Sudiste-34 » Sam 24 Déc 2011 19:15

Josette Fays est la présidente de l'association "V.I.E de l'Eau" (VAR INONDATIONS ECOLOGISME) et co-présidente de UNALCI France Inondations. Pour Alerte-Méditerranée, elle revient notamment sur les inondations marquantes de Juin 2010 dans le département du Var, et évoque aussi celles plus récentes du mois de Novembre 2011.

- Josette Fays, pouvez-vous nous présenter l'association Var Inondations Ecologisme « V.I.E DE L’EAU » dont vous êtes la présidente...
L'association a été créée, suite aux inondations catastrophiques de janvier 1999 sur le bassin versant du Gapeau (VAR), dans le but de faire poids en faveur des 600 familles sinistrées. Depuis, la petite association « anciennement nommée CIC Gapeau » a acquis expérience et connaissance. Tout en fédérant les associations varoises d’inondés et inondables, elle a effectué bon nombre d'opérations de « nettoyage de cours d’eau », d'études, de montage de dossiers d’aide aux victimes, d’interventions lors de colloques d’envergure nationale – se spécialisant dans la prévention et la protection pour faire face aux inondations récurrentes. La reconnaissance de son travail lui a permis d’obtenir l’agrément départemental de « Protection de l’Environnement » en 2003. Afin de limiter les dégâts dus aux inondations dans le département du Var, sa mobilisation n’a de cesse de promouvoir la culture du risque car, après avoir subi une catastrophe, on reste marqué à vie.

V.I.E DE L’EAU – Hôtel de ville – Place Clément Balestra – 83210 SOLLIES-TOUCAS – TEL : 06 84 34 18 89

- Vous êtes également co-présidente de l'association UNALCI France Inondations. Quelle est sa vocation ?
L'UNALCI-France-Inondations fédère, depuis sa création en 2002, les associations d’inondés et inondables du territoire national et œuvre pour leur défense. Elle centralise les retours d’expérience, conseils, informations… et les porte au plus haut niveau afin de créer une dynamique de concertation suivie d'actions.
Les récentes catastrophes de 2010 et 2011 confirment la multiplication et l’amplification des phénomènes extrêmes. Une politique volontariste à long terme, seule efficace, est difficile à mettre en place. La recherche de vraies solutions est souvent coûteuse et ardue.
C'est donc pour lutter contre cette frilosité et cette inertie que notre fédération se mobilise depuis dix ans. Elle tend vers une synergie de toutes les bonnes volontés, tant chez nos élus que chez les responsables administratifs ou associatifs pour une politique ambitieuse de prévention et de protection des victimes contre les inondations.

UNALCI-France-Inondations - 17, rue de Léry – 95290 AUVERS SUR OISE – TEL : 01 30 36 71 41

- Un épisode de grande ampleur a frappé le département du Var en Juin 2010. Comment votre bureau a-t-il vécu les événements ?
On peut dire que nous étions aux premières loges... En effet, nous étions au Palais de justice de Draguignan le 15 juin 2010 ; nous sommes arrivés vers 10h du matin sous des trombes d’eau et repartis vers 17h30, trempés jusqu’aux os. Nous avons largement eu le temps de mesurer l’ampleur de la catastrophe et l’absence de prise de décision efficace. Le rythme incessant de la pluie, les routes inondées, les véhicules de secours pris au piège de la montée des eaux, la sortie d’autoroute du Muy bouchée par des kilomètres de véhicules paralysés sur des routes sans issues. Rien ne nous a été épargné et les mois qui ont suivi nous ont remémorés de douloureux souvenirs. Nous avons porté conseils et assistance autant que possible…

- Selon vous, y a-t-il un ou des responsables qui doivent porter une partie de la catastrophe ?
Effectivement, après une simple rétrospective, il paraît évident que les élus locaux portent la plus grande partie des responsabilités. Leur rôle d’information et d’alerte pourtant essentiel a été défaillant. Si certaines communes possédaient un système d’alerte téléphonique ou par SMS pour les incendies, aucune ne s’en est servie. Et c’est l’ensemble de la population de la Dracénie et de la basse vallée de l’Argens qui s’est trouvée piégée, prisonnière de la montée des eaux.

La faute à :
- une politique d’urbanisation irresponsable en zone inondable
- une absence totale de volonté politique
- des travaux d’entretien des rivières et de protection contre les crues envisagés mais jamais réalisés.
Le système Vigilance Crues, visible sur le Net, non opérationnel dont l’Etat porte la responsabilité. Et la liste pourrait s’allonger…

- En France, l'antienne est bien connue : On agit souvent après une catastrophe. Pour le Var, des choses ont-elles changé après les dégâts survenus en Juin 2010 ?
Même si l’urgence a été traitée, après 18 mois et une seconde catastrophe en novembre 2011, le constat est toujours le même, amer et décevant (absence de nettoyage des cours d’eau, brèches non colmatées, dossiers d’expropriations en attente…)

- Pour conclure, avez-vous un message à faire passer ?
L'absence d'une volonté politique avant-gardiste en matière d'inondations nous fait cruellement défaut ; aussi pour effacer les erreurs du passé, la création d'une instance départementale spécifique Inondations, justifiée du fait des caractéristiques torrentielles est vivement souhaitable dans le Var.
Le dispositif national VIGICRUES constitue un progrès indéniable mais reste insuffisant en matière de couverture des petits fleuves côtiers et de graves insuffisances subsistent pour les cours d'eau non domaniaux. Des progrès considérables restent encore à réaliser, en matière de protection (travaux, entretien des cours d’eau, digues, barrages, rétention des eaux) et de prévision des phénomènes météorologique et de ruissellement urbains.
Près de 10% de la population française vit en zone inondable, alors combien d’années et de catastrophes seront nécessaires pour réagir enfin ? Il est urgent d’amorcer un changement, nous demandons une Volonté et un Engagement politiques forts car, une fois le deuil et l'émotion passés, il reste à faire face aux dérives de la spéculation foncière.
Avatar de l’utilisateur
Sudiste-34
Rang 12
Rang 12
 
Messages: 2306
Inscription: Mer 6 Jan 2010 15:19
Localisation: Saint-Geniès (10 minutes au Nord de Lunel, Est Héraultais)
Ville: Montpellier

Retourner vers Web

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

cron